Toute les dernières news

LA LISTE COMPLÈTE

2014-11_homme_Toux_1536x1146-1200x895.jpg
02/Fév/2019

La toux est la réaction normale à une irritation des voies respiratoires, en particulier au niveau des bronches, le plus souvent en lien avec une infection respiratoire ou une allergie. Elle permet d’éliminer les sécrétions des bronches et facilite ainsi la respiration. Les médicaments contre la toux doivent être utilisés avec précaution.

Quels sont les symptômes de la toux chez l’adulte ?

Il existe de nombreuses formes de toux qui peuvent être regroupées en deux familles : les toux sèches (sans production de glaires) et les toux grasses (avec production de glaires). Ces dernières sont des toux utiles car elles dégagent les voies respiratoires et contribuent à la guérison. Cependant, toux sèches et toux grasses peuvent devenir épuisantes, en particulier lorsque des quintes se déclenchent la nuit et perturbent le sommeil.

Quelles sont les complications éventuelles de la toux ?

Quand la toux est importante, elle peut provoquer une irritation de la gorge et une insomnie lorsqu’elle est nocturne. Une toux qui se manifeste dans le cadre d’une infection courante n’entraîne généralement pas d’autres complications. Celles qui peuvent survenir sont liées non pas à la toux elle-même mais à sa cause et varient selon les cas.

Quelles sont les causes de la toux chez l’adulte ?

    La toux n’est pas une maladie mais un symptôme provoqué par une irritation de la gorge, de la trachée, des bronches ou, parfois, des oreilles. De nombreuses maladies peuvent déclencher une toux.

  • Une grippe  : la toux s’accompagne alors souvent de fièvre, de maux de tête ou de courbatures.
  • Une infection respiratoire : rhumebronchitepneumoniecoqueluche, etc.
  • L’asthme, pour lequel la toux, généralement sifflante, peut être le premier signe d’une crise qui se traduit alors par des difficultés respiratoires potentiellement graves.
  • Les bronchites chroniques : la toux qui accompagne les bronchites chroniques est très grasse et persistante. La production de glaires persiste plusieurs mois dans l’année jusqu’à devenir quasi-permanente.
  • Une allergie respiratoire.
  • Des problèmes cardiaques (en particulier chez les personnes âgées).
  • Lorsqu’un corps étranger est inhalé, il provoque également des accès répétés de toux.
  • Le froid ou des substances irritantes pour les voies respiratoires (fumée, poussière, par exemple) sont aussi à l’origine de toux.
  • La nervosité, une timidité excessive ou un tic nerveux.
  • Certains médicaments (par exemple contre l’hypertension artérielle) peuvent être à l’origine de toux chronique.

Comment prévenir la toux ?

La prévention de la toux passe par la prévention de sa cause. On peut néanmoins insister sur le fait que certaines affections des voies respiratoires associées à une toux sont dues à l’usage du tabac. Prenez les mesures nécessaires pour arrêter de fumer ou, mieux encore, ne commencez jamais la cigarette !

Que faire en cas de toux ?

  • Si vous souffrez d’accès de toux nocturne, surélevez la tête de votre lit ou redressez votre buste avec des oreillers.
  • Humidifiez votre logement et votre lieu de travail avec un humidificateur ou un linge mouillé posé sur un radiateur.
  • En cas de toux sèche, prenez un médicament antitussif, mais ne prolongez pas ce traitement plus de quelques jours.
  • En cas de toux grasse, un médicament qui fluidifie les glaires et facilite ainsi l’expectoration des sécrétions peut éventuellement être utile.
  • Ne prenez pas de médicaments si la cause de la toux est inconnue.
  • Le miel a un effet adoucissant : une tisane préparée avec du jus de citron et de l’eau chaude à parts égales et sucrée au miel peut soulager une toux légère d’irritation.
  • Si vous êtes enceinte, ne prenez jamais de médicaments contre la toux sans demander au préalable l’avis de votre médecin. Pendant la grossesse, une toux grasse qui n’est pas invalidante ne se traite pas (sauf si elle a une origine infectieuse). Une toux sèche ne se traite que si elle entraîne un inconfort important. Le médecin choisit alors un traitement adapté au stade de la grossesse.

Conduite à tenir en cas de toux

Que fait le médecin en cas de toux ?

Il examine le patient, inspecte sa gorge et ausculte ses poumons. Dans de rares cas, il peut être amené à demander une analyse de sang et une radiographie des poumons (s’il suspecte une pneumonie).

La toux, en particulier lorsqu’elle est grasse et bien supportée, est utile. Pour faciliter l’élimination des glaires, le médecin peut prescrire des fluidifiants bronchiques. La prescription de médicaments destinés à diminuer ou supprimer la toux (médicaments antitussifs) ne se fait que lorsque celle-ci est sèche. Leur usage n’est pas conseillé en cas de toux grasse.

Les médicaments contre la toux sèche

Les médicaments utilisés pour soulager la toux sèche sont des médicaments dits antitussifs. Ils diminuent le réflexe de la toux en agissant sur ses centres situés dans le cerveau. Aucun médicament contre la toux ne doit être utilisé plus de quelques jours sans avis médical.

Les antitussifs se divisent en plusieurs catégories : antitussifs opiacés, antitussifs antihistaminiques et antitussifs non opiacés et non antihistaminiques. Parmi ces médicaments, on en trouve certains qui associent la substance antitussive à un fluidifiant bronchique. Cette association n’est pourtant pas logique.

Les antitussifs opiacés

Les antitussifs opiacés utilisés chez l’adulte peuvent contenir les substances suivantes : codéine, dextrométorphane, éthylmorphine (ou codéthyline), noscapine, pholcodine. Ils ne doivent pas être utilisés en cas d’insuffisance respiratoire ou de toux liée à l’asthme. Leurs principaux effets indésirables sont la constipation, les nausées, les sensations de vertiges et une somnolence qui peut être gênante en cas de conduite automobile ou d’utilisation de machines. Le dextrométorphane n’entraîne pas de dépression respiratoire aux doses usuelles.

Depuis le 17 juillet 2017, tous les antitussifs opiacés contenant de la codéine, du dextrométhorphane, de l’éthylmorphine ou de la noscapine ne peuvent plus être achetés que sur présentation d’une ordonnance, quelle que soit la dose délivrée et quel que soit l’âge du patient. Les sirops qui étaient auparavant disponibles en automédication ne le sont plus, et ils ne peuvent plus être vendus en ligne sur les sites des pharmacies.

Cette décision d’imposer une prescription médicale pour ces médicaments a été prise par la ministre de la santé suite au constat d’une augmentation récente de leur consommation et d’un détournement de leur usage par certains adolescents à but de « défonce » (cocktails « purple drank », ou codesoda).

Les antitussifs contenant de la pholcodine ne sont pas concernés par cette mesure. Ils devaient déjà être obligatoirement prescrits par un médecin, en raison d’un possible lien entre la prise de pholcodine et une sensibilisation aux curares.

Les antitussifs antihistaminiques

Les antitussifs antihistaminiques sont plutôt recommandés en cas de toux sèche et irritante survenant la nuit, en raison de leur effet sédatif. Ils ont des effets dits atropiniques (sécheresse de la bouche, constipation, blocage des urines, troubles visuels) qui expliquent certaines contre-indications (glaucome à angle fermé, adénome de la prostate). Ils doivent être utilisés avec prudence chez les utilisateurs de machines en raison du risque de somnolence.

Les autres antitussifs

D’autres antitussifs sont également indiqués dans le traitement de courte durée des toux sèches. Ils présentent généralement moins d’effets indésirables.

Des médicaments d’homéopathie sont traditionnellement proposés en cas de toux lors des affections respiratoires bénignes.

Les médicaments contre la toux grasse

Les fluidifiants bronchiques

En cas de toux grasse, les sirops contenant des fluidifiants bronchiques peuvent être utilisés. Ils sont destinés à diminuer la viscosité des sécrétions et à faciliter leur expectoration. Leur usage est rarement indispensable.

Source:

 


43403117_2298011460422579_386255428360601600_o-1200x675.jpg
18/Jan/2019

Le terme homéopathie vient du grec « homios » qui signifie semblable, similaire et de pathos, maladie. Les grands principes de l’homéopathie sont la similitude (utilisation de substances produisant des effets semblables aux symptômes de la maladie), la dilution infinitésimale (les substances utilisées font l’objet de multiples dilutions) et la globalité (la cible du traitement n’est pas un organe en particulier, mais l’individu dans son ensemble).
La place de l’homéopathie dans le traitement des maladies
Au milieu du XXe siècle, l’homéopathie a souffert d’une désaffection transitoire face au progrès de la médecine allopathique (antibiotiques, vaccins, traitements du cancer…). De plus, ses fondements sont peu compatibles avec les connaissances scientifiques modernes. Enfin, les études ayant tenté de mettre en évidence l’efficacité des remèdes homéopathiques aboutissent à des résultats peu convaincants.

Néanmoins, de nombreux français, inquiets face aux effets indésirables des médicaments allopathiques, sont attirés par les médecines dites « douces » dont l’homéopathie est le chef de file. Les autorités sanitaires reconnaissent cette pratique et l’Assurance-maladie rembourse les remèdes homéopathiques, peu onéreux et réputés sans danger.
Il est peu probable que la science puisse trancher entre les sceptiques qui parlent de placebothérapie et les pratiquants qui défendent une médecine efficace faute d’être expliquable. Une chose est certaine : de nombreux utilisateurs sont très satisfaits de l’homéopathie et son seul danger serait de priver un malade d’un traitement allopathique urgent et salvateur. En fait, ce risque est très faible car l’homéopathie est pratiquée par des médecins diplômés et formés à l’allopathie qui savent détecter les pathologies pour lesquelles l’homéopathie ne serait pas indiquée.
Quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir des remèdes homéopathiques, il s’agit d’une thérapeutique sans danger lorsqu’elle est pratiquée par un médecin vigilant et responsable.
Source: eureka santé- Vidal

Le paracétamol est l’antalgique le plus consommé au monde. Il peut être pris par les enfants dès le plus jeune âge, par les femmes enceintes ou qui allaitent et si on ne dépasse pas les doses recommandées, ses effets secondaires sont rares.

L’utilisation du paracétamol

Le paracétamol, dont la dénomination commune internationale est l’acétaminophène, est l’antalgique le plus utilisé. Il est également efficace contre la fièvre. Son mécanisme d’action dans la douleur et la fièvre est encore mal connu. Il agit pendant environ 4 heures, en une vingtaine de minutes après sa prise. Il est relativement sûr et peut être pris par les enfants. Son utilisation est possible pendant toute la grossesse en cas de douleur ou de fièvre, à la dose efficace la plus faible et pendant la durée la plus courte nécessaire au soulagement des symptômes. Le paracétamol a l’avantage sur l’aspirine ou les AINS de ne pas provoquer d’irritation sur l’estomac, mais il n’est pas anti-inflammatoire et peut soulager un peu moins bien les douleurs d’origine inflammatoire.

Les contre-indications et précautions d’emploi

Le paracétamol a comme seule contre-indication les maladies graves du foie. Il est souvent bien toléré et est très rarement responsable d’effets indésirables (essentiellement des réactions allergiques de la peau et une baisse des plaquettes dans la sang). Il faut néanmoins être vigilant lorsqu’on l’utilise, car de nombreuses spécialités contiennent du paracétamol et la prise conjointe de plusieurs médicaments en contenant peut entraîner un surdosage toxique pour le foie.

En cas de prise de paracétamol aux doses maximales pendant plus de 4 jours et de traitement concomitant par un anticoagulant oral de la famille des antivitamines K, la surveillance du traitement anticoagulant (contrôle de l’INR) doit être renforcée et une éventuelle adaptation des doses peut être nécessaire.

Source: eurekasante-vidal


white

Artifact est une agence de conseil et de formation spécialisée, lancée dans le but de permettre à ses clients le développement des compétences et l’acquisition des connaissances nécessaires pour s’épanouir tant sur le plan personnel que professionnel.

News récentes

© Artifact 2019. Tous droits réservés. Site conçu par HakiDz.

X